Un roman sociologique intéressant

couv14864262

Titre : Americanah

Auteur : Chimamanda Ngozi Adichie

Editeur : Gallimard

Genre : Contemporain

rating-4-star

Résumé : Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre.
Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?
Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.


 

…oooOOOooo…

 

J’ai commencé ce livre suite à la chronique de Jupsy, du blog Encore un chapitre. J’ai suivi ses conseils avisés et je ne le regrette pas, bien que je ne suis pas certaine d’avoir aimé le roman autant qu’elle.

Mais commençons par le début. Dans le premier chapitre, nous faisons la connaissance d’Ifemelu, nigériane vivant aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années. Elle vient de fermer son blog qui marchait du feu de Dieu et a pris la décision de rentrer dans son pays natal : le Nigéria. Elle a également renoué avec son amour de jeunesse : Obinze, par le biais d’un simple sms. Alors qu’elle va se faire tresser les cheveux, c’est l’occasion de replonger dans ses souvenirs. Nous opérons un retour en arrière pour découvrir sa vie : ses jeunes années au Nigéria, son histoire d’amour avec Obinze, son arrivée aux U.S.A.

Toutes ces expériences nous dressent un portrait de ce qu’est la vie dans cette partie de l’Afrique actuellement. J’ai énormément appris, et déjà qu’inconsciemment, j’avais pas mal d’idées reçues en tête. Je pense que c’est l’un des buts de ce roman de nous mettre face à nous-même et il le fait avec brio.

Nous découvrons une galerie de personnages hauts en couleurs que j’ai beaucoup aimé. Même les personnages secondaires ne sont pas des coquilles vides. J’ai notamment adoré tante Uju, Obinze et sa mère. Obinze, le grand amour d’Ifemelu, m’a charmé par sa simplicité, mais aussi par ses doutes. Une partie du récit sera de son point de vue et nous permettra à moindre mesure de découvrir la vie d’un immigré en Angleterre.

Mais revenons à Ifemelu. En tant qu’étudiante, elle obtient une bourse pour aller étudier aux U.S.A. Son arrivée là-bas la trouble au plus profond d’elle-même. Sa vie ne sera pas de tout repos. Au bout de quelques temps, elle décide d’ouvrir un blog sur le racisme et sur ce que signifie être noir aux Etats-Unis. Le récit est émaillé d’articles de ce blog qui lui rajoute un plus.

La fin m’a plu. Elle n’est pas exceptionnelle, mais annonce comme un nouveau départ pour Obinze et Ifemelu.

J’ai appris énormément grâce à cette lecture. J’ai trouvé ce sujet passionnant, même si son traitement alourdit l’intrigue. J’ai ressenti quelques longueurs. A vrai dire, Americanah est pour moi à la frontière du roman et de l’essai. Mais je ne regrette pas ma lecture. Au contraire, je vous la conseille grandement.

A propos Edorra 83 Articles
J'ai grandi entourée de livres, films et séries TV. J'adore découvrir de nouveaux univers, de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. J'aime aussi en créer par l'écrit. J'ai un grand faible pour les sagas, qu'elles soient fantasy, fantastiques, SF ou historiques.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*