Dragon Age, l’empire masqué

couv4434803

Titre : Dragon Age : l’empire masqué

Saga : Dragon Age, tome 4

Auteur : Patrick Weekes

Éditeur : Milady

Genre : Fantasy

rating-3-star

Résumé : Un voyage dans les contrées les plus sinistres et mortelles d’Orlaïs, où la valeur au combat l’emporte sur les titres de noblesse.
L’Impératrice Célène d’Orlaïs a accédé au trône de la plus puissante nation de Thédas grâce à sa sagesse et à son esprit aiguisé, ainsi qu’à ses talents de manipulatrice sans scrupule. Désormais, l’empire qu’elle a mené jusqu’à l’âge des Lumières est menacé de l’intérieur par le conflit larvé opposant les templiers aux mages, tandis que la révolte gronde parmi les elfes opprimés. Pour sauver Orlaïs, Célène doit garder le pouvoir par tous les moyens.
Doté des facultés légendaires des chevaliers orlésiens, le grand-duc Gaspard a remporté d’innombrables victoires au nom de l’empire et de l’Impératrice. Mais avec l’échec du Cercle, le chaos semble imminent, et Gaspard doute que l’approche diplomatique de Célène suffise à garantir l’intégrité de l’empire. La grandeur d’Orlaïs est en jeu. Les temps exigent un nouveau dirigeant. Un guide ne jurant que par le code de la chevalerie.
Briala est au service de l’Impératrice depuis leur enfance. Confidente, espionne et amante de Célène, elle utilise subtilement sa position pour améliorer la condition des elfes d’Orlaïs. Mais lorsque les contingences politiques forcent l’Impératrice à choisir entre les droits des elfes et le trône, Briala doit prendre parti.
Dans cette histoire palpitante, campée dans l’univers du jeu primé dragon age™, les alliances et les serments se font et se défont au gré de la lutte acharnée à laquelle se livrent Célène et Gaspard. Néanmoins, quelle que soit l’issue de cette bataille, les elfes d’Orlaïs, qu’ils se tapissent dans les forêts ou croupissent dans les bas-fonds, pourraient bien décider du destin de l’empire masqué.

…oooOOOooo…

L’impératrice Célène règne sur son empire depuis une vingtaine d’années, aidée par sa servante Briala et son garde du corps, Ser Michel. Mais un conflit entre les Mages et les Templiers se profile à l’horizon et son trône est menacé par son adversaire, le duc Gaspard.

C’est ma première incursion dans l’univers de Dragon Age. J’ai aimé le voyage, même si j’ai été perdue dans ce vaste univers. C’est le plus grand reproche que je fais au roman. Il ne prend pas le temps d’expliciter les différentes facettes de cet univers à ceux qui ne connaissent pas les jeux. Pourtant, beaucoup d’approfondissements auraient pu être intéressants, notamment cette menace de conflit entre les mages et les templiers qui plane. Pour moi, c’est un coup d’épée dans l’eau car je ne connais rien de ces deux castes et donc des conséquences d’un tel conflit. Du coup, je me suis retrouvée avec une histoire moins intense que si j’avais eu toutes les clés en mains, et une intrigue somme toute assez banale. Du coup, je me suis un peu ennuyée pendant la première partie du roman.

J’ai tout de même apprécié ma lecture grâce à la galerie de personnages présentés et à leurs relations. Célène est une impératrice subtile. On se rend compte au fur et à mesure qu’elle a des failles et que son jeu n’est pas toujours sincère, comme va l’apprendre à ses dépends sa servante et amante Briala. J’ai eu un gros coup de cœur pour Briala. Cette jeune elfe m’a beaucoup touché. J’ai aimé ses réflexions sur le monde qui l’entoure et son évolution. D’ailleurs la condition du peuple elfe, élément sommes toutes central de ce roman, est ce que j’ai préféré. Il est plutôt rare de voir le peuple elfe en mauvaise posture, et ici réduit en esclavage par les humains. J’ai trouvé ce racisme ambiant très bien reconstruit, et il est difficile de ne pas se ranger du côté des elfes dans cette histoire.

Les personnages masculins ont un peu moins de profondeur (mis à part Félassan, le mentor elfe de Briala que j’ai adoré). Ce sont des chevaliers qui agissent selon leur honneur, plus ou moins bien placé. Ser Michel a un caractère intègre mais qui cache un passé troublant qui a des répercussions sur sa manière d’agir. Ses interrogations face à ses origines s’avèrent intéressantes. J’ai détesté le duc Gaspard dès le début, mais après tout, il est présenté comme le grand méchant, et au début, je l’ai trouvé un peu cliché. Et puis, au fil des chapitres il se dévoile, et je me suis rendue compte qu’il n’était pas vraiment différent de l’impératrice Célène au fond. J’ai aimé être bousculé sur ce que je pensais acquis au début du roman.

Pour conclure, Dragon Age : l’empire masqué est une lecture agréable. Le roman aurait pourtant gagné à être enrichi de quelques explications supplémentaires sur l’univers. Certes, les amateurs du jeu y auraient peut-être trouvé une redite, mais je pense tout de même qu’un plus juste milieu aurait pu être trouvé. Cela dit, l’histoire vaut le coup de par ses personnages et sa vision du peuple Elfe.

A propos Edorra 83 Articles
J'ai grandi entourée de livres, films et séries TV. J'adore découvrir de nouveaux univers, de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. J'aime aussi en créer par l'écrit. J'ai un grand faible pour les sagas, qu'elles soient fantasy, fantastiques, SF ou historiques.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*