Carnaval

Titre : Carnaval
Saga : Michael Talbot et Ida Davies, tome 1
Auteur : Ray Celestin
Éditeur : Le cherche midi
Genre : policier, historique

Résumé : Au coeur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s’affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant…
Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

J’ai lu ce livre suite à la chronique du tome 2 des pipelettes en parlent. Je l’ai lu en diagonale pour ne pas être spoilée, mais quelques mots clés m’ont donné envie de lire le tome 1. Et ça a été une bonne découverte !

Je n’ai pas l’habitude de lire du policier, car ce n’est pas un genre que j’affectionne particulièrement. Mais j’aime bien y faire quelques incursions, surtout quand le contexte est riche, comme c’est le cas ici.

On est donc débarqués en pleine Nouvelle-Orléans, en 1919. Il est important de situer l’action, car la ville est un personnage à part entière. On y découvre ses différents quartiers, ses différentes communautés, et tout ce qui rend la Nouvelle-Orléans unique (notamment la musique).

On arrive au début du roman dans une ville survoltée. En effet, depuis quelques semaines sévit le tueur à la hache, qui s’en prend à des commerçants immigrés italiens. On prétend qu’il réussit à entrer et sortir sans ouvrir les portes. Beaucoup pensent qu’il s’agit d’un démon. Le climat de suspicion et de haine existant déjà entre les différentes communautés (italiens, afro-américains, créoles, irlandais) s’intensifie.

Michael Talbot, policier, est en charge de l’affaire et patine dans la semoule. Peu apprécié de ses collègues pour avoir envoyé en taule son mentor, Luca D’andrea, pour corruption, il est sur la sellette. Heureusement, le journaliste John Riley, lui fournit quelques infos. Luca D’Andrea, lui, vient de sortir de prison pour bonne conduite. De retour à la Nouvelle-Orléans, il est chargé par la mafia de mener l’enquête. Le parrain local veut faire un exemple de ce tueur à la hache qui met à mal son autorité. Ida Davies, quant à elle, est une jeune femme, secrétaire d’un détective privé, plus souvent consommé par l’alcool que par ses affaires. Décidée à prouver sa valeur, Ida veut résoudre l’enquête, accompagné de son ami Lewis « Louis » Armstrong…

On suit donc l’enquête menée parallèlement par ces quatre personnages. Les pistes s’entremêlent, et semblent parfois aller dans des directions différentes.La résolution de l’enquête m’a donc surprise, ce qui est l’essentiel au final.

Les personnages sont assez sympathiques à suivre. Ils sont profonds, ont des caractères bien dessinés et un vrai passé qui les taraude.

Ce qui pour moi fait vraiment ressortir cette histoire du lot, c’est le climat de la Nouvelle-Orléans et les thématiques qu’il permet d’aborder : communautarisme, racisme, corruption, prostitution, magie et vaudou… Ces thèmes s’entremêlent et nous offrent un background détaillé qui enrichit l’histoire.
De plus, le climat apporte une tension particulière, surtout sur la dernière partie du roman.

En ce qui concerne le style, je l’ai trouvé fluide. On défile les pages sans même s’en rendre compte. Le vocabulaire est varié, sans pour autant être grandiloquent.

Pour finir, si vous aimez l’Histoire et que le genre policier ne vous rebute pas, je vous conseille ce roman original.

A propos Edorra 83 Articles
J'ai grandi entourée de livres, films et séries TV. J'adore découvrir de nouveaux univers, de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. J'aime aussi en créer par l'écrit. J'ai un grand faible pour les sagas, qu'elles soient fantasy, fantastiques, SF ou historiques.

2 Commentaires

  1. Merci pour le partage 🙂
    Je suis contente si le livre t’a plu et si j’ai pu te faire découvrir quelque chose de différent 🙂
    Si tu as envie de poursuivre sur ce chemin et à part le tome 2, autre thriller historique avec un contexte important, l’excellente série Timothy Wilde de Lyndsay Faye (également chroniquée sur le blog :))

    • de rien 😉
      Je viens de lire la chronique du Dieu de New-York. Ça a l’air intéressant en effet. Ça me fait penser au film Gangs of New-York au niveau de contexte. Je pense que je me laisserai tenter à l’occasion.
      Merci pour le conseil !

1 Rétrolien / Ping

  1. C’est lundi, what’s up ? #19 – Le boudoir d'Edorra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*