Mes vies de chien

Titre : Mes vies de chien (A Dog’s Purpose)
Année de production : 2017
Réalisateur : Lasse Hallström
Scénariste : Cathryn Michon
Distribution : Josh Gad, K.J. Apa, Britt Robertson…
Genre : Comédie dramatique

Résumé : L’histoire d’un chien qui se réincarne plusieurs fois et cherche toujours à retrouver son maître d’origine et la meilleure amie de celui-ci.

Je ne suis pas une amoureuse folle des chiens, et je ne pensais pas autant apprécier ce film, mais j’ai passé un très bon moment à le regarder. Je me suis laissée prendre par cette histoire racontée par l’âme d’un chien à travers plusieurs de ses réincarnations en diverses races de chiens.
On suit donc les aventures de Bailey (aka Buddy aka Tino aka Ellie), chien de son état qui suite à sa première vie sans se poser de questions, se demande dans sa deuxième vie quelle est le but de la vie d’un chien. Il se trouve justement que dans cette vie, son maître est un jeune garçon nommé Ethan. Entre les deux va naître une amitié et une complicité sans limite.
Malgré ce que l’on pourrait penser, l’histoire ne tourne pas totalement autour du chien. C’est plutôt l’occasion de voir l’âme et les travers humain du point de vue d’un de nos amis canins, de prendre un peu de recul.
Ethan et Bailey

Il se trouve que la vie d’Ethan n’est pas sans problème. Il a des parents aimants, même si on devine son père un peu froid. Ce dernier n’apprécie pas d’avoir un chien, d’autant plus quand suite à un accident, il perd son emploi, puis sombre dans l’alcool.
Bailey suit donc ces événements, faussés par sa vision de chien. On le voit grandir avec Ethan, jusqu’au jour où il doit passer de l’autre côté. Les différentes scènes de mort des différentes vies de Bailey sont évidemment déchirantes, sans pour autant verser dans le mélo-dramatisme.
Lors des passages vers ses autres vies, Bailey garde tous ses souvenirs, et désire donc retrouver Ethan. Je ne vais pas vous détailler les différentes vies de Bailey pour ne pas vous gâcher la surprise. Un point commun relie pourtant ses différents maitres : la solitude. A sa manière, Bailey va essayer de les consoler. J’ai trouver ses études de la solitude moderne (salut Souchon !) très bien pensées et émouvantes (Vis ma vie de célibataire ^_^).
Je ne vais pas vous en dévoiler davantage sur le film car ça gâcherait tout l’intérêt. Cela dit, je vous conseille grandement ce film, bien plus profond qu’on pourrait le penser. Et voici la bande annonce (A regarder à vos risques et périls car elle dévoile quasiment tout le film) !
 
A propos Edorra 83 Articles
J'ai grandi entourée de livres, films et séries TV. J'adore découvrir de nouveaux univers, de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. J'aime aussi en créer par l'écrit. J'ai un grand faible pour les sagas, qu'elles soient fantasy, fantastiques, SF ou historiques.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*